Un premier cas de contamination au nouveau coronavirus a été enregistré dimanche en Syrie, ont annoncé les autorités en faisant état de nouvelles mesures préventives pour empêcher la propagation de l'épidémie dans le pays en guerre.Le ministre de la Santé Nizar Yaziji a fait état d'une "première contamination au coronavirus en Syrie", précisant qu'il s'agissait d'"une personne venue de l'étranger". "Les mesures nécessaires ont été prises pour traiter" ce premier cas, a-t-il déclaré à la télévision d'Etat, sans préciser la région où cette contamination a été détectée. Le même jour, le ministère de l'Intérieur a annoncé la suspension de tous les transports en commun, publics et privés, dans les villes et la fermeture, à partir de mardi, des voies de transport reliant les provinces du pays. La semaine dernière, le Premier ministre Imad Khamis avait déjà annoncé la fermeture jusqu'au 2 avril des écoles et des universités ainsi que l'arrêt des activités scientifiques, culturelles et sportives. Les élections législatives, prévues initialement le 13 avril en Syrie, ont été reportées au 20 mai. Le régime syrien, en guerre contre les rebelles et les djihadistes, contrôle plus de 70% du territoire. La province d'Idleb (nord-ouest), dernier bastion djihadiste et rebelle lui échappe. En outre, des régions du nord-est sont sous contrôle des kurdes. Le risque d'une propagation du virus est particulièrement préoccupant à Idleb, cible ces derniers mois de bombardements dévastateurs du régime et de son allié russe. Les violences ont poussé à la fuite près d'un million de personnes dont une grande majorité vit dans des conditions difficiles dans des camps de déplacés. Dans l'ensemble du pays dévasté par neuf ans de guerre, le "système de santé fragile pourrait ne pas être en mesure de détecter et de répondre" à une épidémie, a récemment prévenu un porte-parole de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). (Belga)