Quatre réfugiés palestiniens sont décédés du nouveau coronavirus ces dernières 24 heures au Liban, pays qui connaît une importante résurgence de l'épidémie, a indiqué dimanche l'Agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), appelant à respecter les mesures sanitaires dans les camps. Ces nouveaux décès portent à huit le nombre de réfugiés palestiniens décédés de la maladie Covid-19 au Liban depuis le début de l'épidémie dans le pays fin février, a précisé l'Unrwa dans un communiqué. "Si les mesures de prévention ne sont pas respectées, la situation pourrait devenir hors de contrôle dans les camps de réfugiés palestiniens au Liban", a ajouté l'Unrwa, qui s'inquiète d'un pic de l'épidémie dans les camps surpeuplés. Plus de 200.000 réfugiés palestiniens vivent au Liban, la majorité sous le seuil de pauvreté, selon l'agence qui est chargée de gérer des écoles et de fournir une aide médicale à quelque cinq millions de réfugiés palestiniens en Jordanie, au Liban, en Syrie, en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza. Ces derniers jours, le Liban a connu une hausse des infections, enregistrant samedi 397 nouveaux malades, un record quotidien, ce qui porte le nombre total de cas à 8.442, dont 97 décès. Le gouvernement avait décrété un reconfinement provisoire fin juillet, mais il a été annulé après l'explosion au port le 4 août qui a fait plus de 177 morts et 6.500 blessés, admis à grand-peine dans les hôpitaux saturés. La déflagration a été provoquée selon les autorités par un incendie dans un entrepôt où étaient stockées selon les autorités 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium depuis des années. La pandémie avait été maîtrisée dans un premier temps, mais les cas sont repartis à la hausse après la réouverture de l'aéroport international de Beyrouth le 1er juillet et la levée progressive des mesures de confinement. (Belga)