Le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) réclame vendredi de nouvelles mesures de soutien massives et uniformes dans tout le pays, après l'annonce de mesures renforcées contre le coronavirus. "Il faut que le take away soit au maximum étendu aux commerces non essentiels qui ne vendent pas de nourriture et que les secteurs qui le peuvent travaillent autant que possible sur rendez-vous", déclare la présidente de l'organisation Christine Mattheeuws.Le syndicat demande aussi que les mesures touchant les commerces soient évaluées rapidement, dès "la mi-novembre au moment où les écoles, qui sont, elles, des foyers de contamination, pourront rouvrir". "Il devra y avoir une liste claire de ce qui est essentiel et de ce qui ne l'est pas", poursuit le SNI, soulignant que le concept a également évolué pendant la crise. "Les gens ont besoin de nourriture non seulement pour le corps mais aussi pour l'esprit." L'organisation craint un "massacre financier sans précédent". "Au moins la moitié des commerçants n'ont déjà que peu ou pas de réserves", souligne Mme Mattheeuws. Le SNI demande donc au gouvernement d'investir dès que possible dans des coachs d'entreprise. "Car ce virus crée une onde de choc sans précédent pour tout le monde et nous devons être en mesure de réagir rapidement, efficacement et de manière justifiée une fois que ces nouvelles restrictions seront derrière nous." (Belga)