Un groupe de rock et 5.000 spectateurs dansant sans distance de sécurité: une salle de Barcelone a fait un voyage dans un monde pré-pandémie samedi pour une expérience clinique visant à montrer que des concerts sont possibles malgré le Covid-19."Je suis très, très ému. Cela fait un an et demi que nous ne sommes pas montés sur scène", a clamé Santi Balmes, le chanteur de Love of Lesbian, groupe phare de la scène indépendante espagnole, après un premier titre très justement intitulé "Personne dans les rues". L'euphorie était partagée par des spectateurs du Palau Sant Jordi sautant, dansant, chantant à tue-tête et prenant même une bière au comptoir, comme si la pandémie due au coronavirus avait disparu le temps d'une soirée. Organisée par un groupe de festivals, des promoteurs musicaux et un hôpital local, cette expérience est l'une des rares à avoir eu lieu en Europe dans les musiques actuelles. Samedi matin, les pistes de danse de trois discothèques barcelonaises, fermées en raison de la pandémie, ont été transformées en hôpitaux de campagne, où des blouses blanches faisaient un test antigénique à tous les participants. Comme un sésame, le résultat négatif validait automatiquement le billet stocké dans le téléphone mobile. "Nous espérons que cela sera complètement sûr. Pendant 14 jours, nous regarderons qui des spectateurs aura attrapé le Covid-19 et nous notifierons" les cas, a expliqué le médecin Josep Maria Llibre. En décembre, son équipe avait organisé un projet-pilote dans une salle de Barcelone avec 500 spectateurs préalablement testés. Quelques jours plus tard, aucun n'avait contracté le virus. (Belga)