Le cdH bruxellois souhaite un plan spécifique de vaccination pour les personnes en situation de handicap d'ici la semaine prochaine. Selon la cheffe du groupe humaniste au parlement bruxellois, Céline Fremault, de nombreux parents sont inquiets parce qu'il n'y a toujours pas d'état des lieux du nombre de personnes concernées dans les centres d'hébergement.Selon la députée, une série de personnes en situation de handicap ont des fragilités immunitaires connues et une plus grande sensibilité aux infections. Dans ce cadre et à titre d'exemple, la France a démarré la vaccination des personnes atteintes de trisomie 21 lundi dernier. Celle-ci n'est pas considérée comme une maladie mais une récente étude britannique publiée en octobre 2020 et relayée par différents médias souligne que certains porteurs de cette anomalie génétique présentent un risque accru de développer des formes graves, voire mortelles du Covid-19. Selon cette étude citée par Céline Fremault, les personnes trisomiques ont quatre fois plus de risque que la population générale d'être hospitalisées pour une infection au Covid-19 et dix fois plus de risque d'en mourir. Par ailleurs, les personnes autistes vont nécessiter un accompagnement spécifique à l'occasion de la vaccination. Idem pour les personnes atteintes d'un handicap mental qui ne pourront se déplacer seules dans les centres de vaccination et auront besoin d'aide de façon concrète. Mme Fremault, qui adresse via le parlement une demande d'explication au ministre de la Santé Alain Maron, souhaite la mise en place d'une "fast line" dans les centres de vaccination pour les PMR et de permettre la présence d'un accompagnant pour les personnes avec un spectre de l'autisme. Elle demande aussi la fixation d'un calendrier pour couvrir l'ensemble des centres d'hébergement à Bruxelles. (Belga)