La ministre de l'Education Caroline Désir (PS) a donné mardi à Auderghem (Bruxelles) le coup d'envoi d'un projet-pilote de dépistage des enseignants en Fédération Wallonie-Bruxelles pour déceler rapidement toute contamination au coronavirus dans une école.Quelque 1.500 enseignants d'une vingtaine d'établissements sont ainsi invités à s'auto-prélever une fois par semaine un échantillon de salive qu'ils ramèneront à leur école. Le prélèvement sera acheminé dans l'après-midi même dans un laboratoire où il sera soumis à un test PCR. Un sms avertira l'enseignant dès le lendemain matin du résultat. Ce projet-pilote, qui est aussi mené en Flandre, aura une durée de six semaines. S'il est concluant, il devrait être étendu après Pâques à l'ensemble des 2.700 écoles fondamentales et secondaires que compte la Wallonie et Bruxelles. L'opération, qui se fait en partenariat avec l'ULiège, a un coût nul pour la Fédération Wallonie-Bruxelles. (Belga)