Le ministre-président bruxellois réunira les bourgmestres de la capitale au cours de la semaine à venir pour faire le point sur les mesures spécifiques en vigueur à Bruxelles, dont le couvre-feu, a-t-il indiqué dimanche au cours de l'émission "C'est pas tous les jours dimanche" (RTL TVI). M. Vervoort n'a toutefois pas laissé entrevoir la perspective d'un assouplissement immédiat."Je réunirai les bourgmestres sur les mesures en vigueur à Bruxelles. L'idée sera d'accompagner le calendrier - ndlr: des mesures adoptées par le comité de concertation pour les prochaines semaines - de façon à ce qu'on en sorte", a affirmé M. Vervoort. Depuis le 23 octobre dernier, un couvre-feu est imposé de 22h à 6h du matin, dans la capitale, tout comme le port du masque (couvrant le nez et la bouche), la fermeture de tous les commerces à 20h et l'interdiction de la consommation d'alcool dans l'espace public. Le comité de concertation associant les responsables gouvernementaux des différentes entités du pays a décidé de mesures d'assouplissement du confinement en trois vagues d'ici le début de mois de mai, et liées à l'évolution de la pandémie. Selon la commission communautaire commune, le taux d'incidence - le nombre d'infections pour 100.000 habitants - a augmenté significativement au cours des derniers jours à Bruxelles, passant à 344 vendredi, contre 287 le 26 février dernier. Le taux de positivité est passé de 7,5% le 26 février à 7,6%, vendredi dernier, alors que le nombre de tests effectués est en légère augmentation. Actuellement, plus de 50% des contaminations sont dues au variant britannique, plus contagieux. Les autres variants sont également en augmentation à Bruxelles. On observe aussi une augmentation des hospitalisations à Bruxelles depuis une dizaine de jours. Celles-ci sont passées à 318 le 4 mars, contre 279 le 26 février. Idem pour le nombre de personnes en unités de soins intensifs passé à 68 le 03 mars contre 61 le 26 février. (Belga)