Luc Mathues, le président de la section locale verviétoise du cdH a annoncé sur les réseaux sociaux qu'il démissionnait de ses fonctions et se retirait de la politique, comme le rapportent plusieurs médias.Alors qu'il occupait cette fonction depuis un peu moins d'un an, il explique dans sa lettre de démission rendue publique, qu'il n'est pas en phase avec les positions prises par le parti depuis le début de la crise politique verviétoise. Il estime ainsi que "la démocratie interne n'a pas été respectée. C'est au contraire un rapport de force qui s'est installé entre les mandataires". Luc Mathues regrette également de ne pas avoir été consulté avant la nomination du MR Pierre-Yves Jeholet en tant que négociateur représentant le cartel MR-Nouveau Verviers-cdH. "Je ne peux cautionner, à titre personnel et en tant que simple membre du cdH Verviers, que Pierre-Yves Jeholet représente et défende indirectement, via le cartel, les valeurs et projets du cdH de Verviers", indique-t-il. Outre des divergences de point de vue sur la gestion de la crise, Luc Mathues dénonce également des propos racistes qui auraient été tenus en interne, à l'encontre d'Hasan Aydin (PS) et Hajib El Hajjaji (Ecolo). La crise politique que traverse Verviers depuis deux mois a suscité de nombreuses tensions au sein des partis qui, pour certains, se sont déchirés. Ce week-end, de nouvelles discussions devaient avoir lieu entre le cartel MR-Nouveau Verviers-cdH, représenté par le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet et les socialistes. L'objectif du libéral est de revoir à la baisse les exigences des socialistes qui réclamaient 5 sièges sur les 9 disponibles au collège, dont le mayorat pour Jean-François Istasse ainsi que la présidence du CPAS pour Hasan Aydin. (Belga)