Au deuxième jour de son voyage historique en Irak, ravagé en 2014 par le groupe djihadiste Etat islamique (EI), le pape François a dénoncé "le terrorisme qui abuse la religion" lors d'une prière oecuménique à Ur, ville natale d'Abraham selon la tradition."Hostilité, extrémisme et violence (...) sont des trahisons de la religion. Et nous, croyants, nous ne pouvons pas nous taire lorsque le terrorisme abuse de la religion. Au contraire, c'est à nous de dissiper avec clarté les malentendus", a-t-il déclaré samedi devant des dignitaires musulmans, yazidis, zoroastriens et sabéens. Le pape François a ensuite de nouveau plaidé pour que "la liberté de conscience et la liberté religieuse soient respectées et reconnues partout". "Ce sont des droits fondamentaux parce qu'ils rendent l'homme libre de contempler le Ciel pour lequel il a été créé", a ajouté le souverain pontife dans un pays musulman où les chrétiens - 1% de la population - se disent souvent victimes de discriminations. Il avait déjà lancé un appel similaire au Maroc, un autre pays musulman où il avait tenu à se rendre. (Belga)