"L'ambassadeur slovaque Stanislav Vallo a eu contact avec le ministre de l'Intérieur Jan Jambon par l'intermédiaire du consul honoraire slovaque à Mons et lui a expliqué la situation. Le ministre n'a pas donné davantage d'informations sur l'affaire", peut-on lire dans un compte rendu confidentiel d'une conversation entre l'ambassadeur slovaque Stanislav Vallo et le directeur des relations bilatérales du SPF Affaires étrangères, sur lequel la rédaction de la VRT et De Standaard ont pu mettre la main.Les faits remontent au 23 février 2018 à l'aéroport de Charleroi (BSCA). Jozef Chovanec, âgé de 38 ans, avait posé des difficultés au personnel lors de son embarquement vers Bratislava, en Slovaquie. La police fédérale aéroportuaire avait alors été requise pour le maîtriser et le passager s'était rebellé sur le tarmac. Placé en cellule dans les locaux de la police fédérale, il s'était porté des coups violents, obligeant les policiers à intervenir de nouveau pour le maîtriser. Lors de cette opération, l'individu avait fait un arrêt cardiaque et était décédé quelques jours plus tard. L'incident a été abordé en commission de la chambre compétente mardi dernier. Le ministre de l'Intérieur De Crem y a déclaré que le ministre de l'Intérieur de l'époque, Jan Jambon, avait été informé du décès de Chovanec début juillet 2018. Jambon dit qu'il "ne se souvient de rien" de l'incident. Par ailleurs, "la vraie dimension (des faits) n'a pas été portée à son attention, ni celle de son cabinet". Le rapport que la rédaction de la VRT et De Standaard ont consulté est le compte rendu de la conversation entre l'ambassadeur de Slovaquie et le directeur des relations bilatérales du SPF Affaires étrangères. On ignore si le contact mentionné avec Jan Jambon fait vraiment référence à un contact avec le ministre lui-même ou quelqu'un de son cabinet. Au cours d'une conversation téléphonique avec la VRT, l'ambassadeur slovaque de l'époque a entre-temps déclaré qu'il ne se souvenait plus à qui il avait parlé à l'époque. "J'ai eu des contacts avec les ministères de l'Intérieur et des Affaires étrangères. Mais avec qui j'ai parlé précisément, je ne me souviens pas." Mardi prochain, Jan Jambon livrera des explications en commission de la chambre. (Belga)