Une centaine d'ONG, parmi lesquelles Inter-Environnement Wallonie, Oxfam Belgique, Greenpeace ou encore le WWF, appelle l'Union européenne et la Belgique à prendre leurs responsabilités dans la lutte contre la déforestation et les feux de forêts. Elles lancent la campagne "#Together4Forests" pour pousser l'UE à agir. Ces ONG partent du constat que les incendies qui font rage en Amazonie et dans le Cerrado brésilien ont été allumés volontairement pour répondre aux besoins de l'agriculture industrielle et des marchés européens, grands consommateurs de soja, huile de palme, cacao, café, etc. Ces incendies, qui n'ont jamais été si nombreux que ces deux dernières années, contribuent au réchauffement climatique. Le WWF et le Boston Consulting Group estiment que le CO2 qu'ils émettent équivaut à la totalité des émissions annuelles de l'Union européenne. En Amazonie et dans d'autres régions tropicales et subtropicales comme le Cerrado brésilien, "l'agriculture est responsable de 80% de la déforestation pour des produits tels que le soja, le bœuf et l'huile de palme, et l'UE est le plus grand importateur de produits agricoles liés à la déforestation", dénoncent les ONG. Quant aux consommateurs belges, ils auraient, "sans le savoir, le troisième impact de l'Union Européenne sur la déforestation par habitant à travers leur consommation, derrière le Luxembourg et les Pays-Bas (en termes d'émissions de carbone directement liées à l'exploitation forestière tropicale)." "Nos importations de soja, de cacao et d'huile de palme nécessitent 4,6 millions d'hectares dans des pays où le défrichement des forêts est important, soit une superficie supérieure à celle de la Belgique. Cependant, nous avons trop peu de garanties que ces produits ne proviennent pas de la déforestation ou de la conversion des savanes", poursuivent les ONG. Alors que la Commission européenne s'est engagée à proposer d'ici 2021 une nouvelle législation pour lutter contre la déforestation, les ONG appellent le gouvernement fédéral et les exécutifs régionaux à soutenir activement le développement de cette loi européenne. Le mouvement "#Together4Forests" appelle les citoyens à participer à la consultation publique de la Commission européenne avant le 10 décembre. (Belga)