Des manifestants ont détruit et mis le feu à des banques dans la ville portuaire de Tripoli au nord du Liban, pour protester contre la dévaluation de la devise nationale et le coût élevé de la vie.En scandant les mots "Révolution! Révolution!", les manifestants ont jeté des pierres et détruit des vitrines de banques, ainsi que des distributeurs de billets, et on tbouté le feu à un établissement bancaire. L'armée libanaise est intervenue pour faire cesser les activités des protestataires et est parvenue à contenir la situation, mais les manifestants ont continué à brûler des pneus et à bloquer d'importants axes routiers dans la ville. Les personnes prenant part à ces actes ont défié les mesures de confinement imposées pour lutter contre la pandémie. Le pays connaît depuis des mois sa pire crise économique depuis la fin de la guerre civile (1975-1990), marquée par une forte récession, une fonte des réserves en devises étrangères et une dépréciation de la monnaie nationale ayant entraîné une forte inflation. Le Liban croule sous une dette de 92 milliards de dollars, soit 170% du PIB, l'un des taux les plus élevés mondialement. L'État a annoncé en mars son premier défaut de paiement dans l'histoire. (Belga)