Des convois humanitaires de l'ONU commencent à gagner le Tigré en Ethiopie, a indiqué mercredi l'Organisation alors que cette zone lui était interdite depuis le lancement début novembre d'une opération militaire par le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed contre un parti défiant son pouvoir."Nos collègues du Programme alimentaire mondial ont réussi à faire entrer un convoi hier (mardi). Dix-huit camions ont livré 570 tonnes de nourriture", a déclaré le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric. Il a précisé que ce convoi avait comme destination les camps d'Adi Harush et de Mai Ayni au Tigré, qui accueillent principalement des réfugiés d'Erythrée. Son chargement permet de "nourrir 35.000 réfugiés pendant un mois" et "sera distribué dans les jours à venir", a ajouté le porte-parole. "D'autres convois se dirigent vers d'autres camps", a-t-il poursuivi sans autre précision. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) avait réussi de son côté à acheminer dès samedi un premier convoi à Mekele, capitale du Tigré, en coordination avec les autorités éthiopiennes. "Nous sommes toujours à la recherche (d'un) accès humanitaire sans entrave et complet, essentiel pour atteindre la population déplacée du Tigré et même les personnes restées chez elles et qui ont besoin d'aide en raison du manque de services de base", a fait valoir Stéphane Dujarric. Prix Nobel de la paix en 2019, M. Abiy a lancé le 4 novembre une opération militaire contre les autorités du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), parti à la tête de la région après avoir longtemps détenu le pouvoir réel en Ethiopie et qui défiait le gouvernement fédéral depuis plusieurs mois. (Belga)