Les communications téléphoniques de dizaines d'employés de la chaîne Al-Jazeera du Qatar ont été interceptées par un logiciel espion sophistiqué, a déclaré lundi l'une des personnes visées, à l'issue d'une enquête d'experts au Canada qui a duré des mois.L'opération, qui concerne 36 personnes, a été révélée dans un rapport publié dimanche par le Citizen Lab de l'Université de Toronto, un centre de recherches spécialisé notamment dans les questions de censure informatique. "L'impact est très clair et dangereux", a déclaré à l'AFP Tamer Almisshal, journaliste d'investigation d'Al-Jazeera en arabe, qui est l'une des personnes visées. Al-Jazeera a indiqué avoir contacté le Citizen Lab en janvier après des soupçons de piratage, et les experts de ce laboratoire ont découvert que des données échangées sur des téléphones étaient envoyées clandestinement vers un serveur hostile. "Nous avons obtenu les journaux de bord" d'un téléphone portable des réseaux d'Al-Jazeera. "Notre analyse indique que le (logiciel espion) a un certain nombre de capacités", a déclaré le Citizen Lab dans son rapport. Selon le laboratoire, il peut notamment intercepter de l'audio d'un microphone, des photos, tracer la localisation de l'appareil ou encore accéder aux mots de passe et à des informations stockées. L'attaque a visé "36 téléphones appartenant à des journalistes, des producteurs, des présentateurs et des cadres d'Al-Jazeera", ainsi qu'une journaliste de la chaîne Al Araby basée à Londres, précisent les auteurs du rapport. Citizen Lab "conclut avec un degré moyen de certitude" que deux des "opérateurs" du logiciel espion, baptisés Monarchy et Sneaky Kestrel, travaillaient respectivement pour les gouvernements d'Arabie saoudite et des Emirats arabes unis. Ces deux pays ont rompu leurs relations avec le Qatar, accusé de soutenir les mouvements islamistes, ce que Doha nie. Les logiciels espions transmettent les informations des téléphones ciblés via une série de serveurs intermédiaires qui ne permettent pas de remonter directement à une agence gouvernementale, reconnaît Bill Marczak, principal auteur du rapport joint au téléphone par l'AFP depuis Montréal. (Belga)