Les tour-opérateurs pourront délivrer un bon d'échange ("voucher") au cas où un voyage organisé est annulé pour cause de coronavirus. Les organisateurs d'un événement qui a été reporté pour la même cause ne seront tenus de rembourser le billet que si l'acheteur démontre qu'il ne peut assister à l'événement à la date du report. Telles sont deux des mesures annoncées mercredi par la ministre fédérale de l'Economie Nathalie Muylle pour soutenir les secteurs des tour-opérateurs et de l'événementiel dans la crise du coronavirus. "Ce sont des mesures exceptionnelles destinées à empêcher que beaucoup d'entreprises - des grandes, mais aussi par exemple de petites compagnies de théâtre - ne fassent faillite. Cela nuirait fortement à l'offre de services proposée aux consommateurs. Ces mesures vont donc aussi dans l'intérêt du consommateur", expose la ministre CD&V. Les annulations sont massives dans le secteur du voyage. C'est pourquoi la ministre a temporairement renoncé à l'obligation de rembourser le consommateur pour un voyage organisé annulé. Cette dérogation s'applique tant pour une annulation annoncée par le voyageur que par l'organisateur. Cependant, le tour-opérateur devra remettre un voucher d'une valeur égale et valable pendant au moins un an. Les bons doivent être couverts par une assurance insolvabilité. Quant aux événements, les organisateurs ne sont pas tenus de les rembourser s'ils sont reprogrammés dans un délai raisonnable. Si le consommateur peut prouver qu'il n'est pas en mesure d'assister à l'événement à cette date - en raison d'une maladie ou de son travail - le billet doit être remboursé. La ministre prévoit également un délai de remboursement suffisant si l'événement ne peut avoir lieu à une date ultérieure, afin que les paiements puissent être étalés. (Belga)