Des milliers de personnes se sont rassemblées vendredi soir au Pirée, près d'Athènes, où un rappeur antifasciste a été tué il y a sept ans, jour pour jour, par un membre du parti néonazi Aube Dorée, dont le procès s'achève le 7 octobre.Au moins 3.000 personnes - proches, amis de la victime et des manifestants, selon la police, ont défilé dans le calme dans le quartier où le jeune militant de 34 ans Pavlos Fyssas a été poignardé le 18 septembre 2013. Les manifestants ont réclamé que les dizaines d'accusés du parti d'Aube Dorée soient incarcérés au terme d'un procès-fleuve. Dans ce procès, qui aura duré 5 ans et demi, le verdict à l'encontre de quelque 70 chefs et membres d'Aube Dorée, sera rendu le 7 octobre. En décembre, la procureure avait créé le scandale en demandant l'acquittement des chefs du parti. La procureure Adamantia Economou avait alors déclaré qu'elle ne pouvait assurer que le dirigeant d'Aube dorée Nikos Michaloliakos et plus d'une douzaine de membres du parti avaient directement ordonné en 2013 le meurtre du militant antifasciste. Le meurtre de Pavlos Fyssas en dehors d'un café, survenu lors d'une embuscade avec des partisans présumés du parti Aube dorée, a choqué le pays et ouvert la voie à une enquête sans précédent. Les accusés risquent entre cinq et 20 ans de prison pour le meurtre de 2013 et d'autres chefs dont la participation à une organisation criminelle. (Belga)