La Capac est à la traîne en ce qui concerne les versements aux travailleurs en chômage technique, comme ce fût déjà le cas lors de la première vague. Environ 100.000 dossiers sont parvenus à la Caisse auxiliaire de paiement des allocations de chômage en octobre, et quelque 5% d'entre eux n'ont pas été traités à temps, principalement en raison de documents manquants, a indiqué vendredi le cabinet du ministre de l'Emploi, Pierre-Yves Dermagne (PS), au magazine Knack.La Capac peine en outre à gérer les 9 à 12.000 appels quotidiens qu'elle reçoit, et est donc difficilement joignable, reconnaît le cabinet. La Caisse est l'un des quatre organismes en charge du versement des allocations de chômage, aux côtés notamment des syndicats. En avril, sa situation était encore plus préoccupante, puisque des dizaines de milliers de personnes attendaient leur argent du mois de mars. La responsabilité du retard incombait généralement aux employeurs, par manque ou par mauvaise introduction des demandes. Près de 1,3 million de travailleurs avaient fait appel au chômage temporaire en mars-avril. Ils étaient encore 377.000 en octobre. La Capac a reçu le renfort de 50 agents supplémentaires, mais ceux-ci doivent encore être formés, indique le cabinet du ministre Dermagne. De nombreux demandeurs se tournant vers l'organisme pour la première fois, une grande proportion de dossiers nécessitent un travail important, justifie-t-on. (Belga)