Deux soldats turcs ont été tués par les forces du régime de Bachar al-Assad dans le nord-ouest de la Syrie où Ankara mène une offensive d'envergure, a annoncé mercredi le ministère turc de la Défense. Six soldats ont par ailleurs été blessés, a déclaré un porte-parole du ministère, ajoutant que les forces turques avaient "immédiatement répliqué". Ce bilan porte à une quarantaine le nombre de militaires turcs tués en Syrie depuis la semaine dernière. Cette escalade a tendu les relations entre Ankara, parrain de certains groupes rebelles, et Moscou, soutien du régime syrien, qui, en dépit de leurs intérêts divergents, ont renforcé leur coopération ces dernières années. Le président turc Recep Tayyip Erdogan doit se rendre jeudi à Moscou pour discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine de la situation à Idleb (nord-ouest de la Syrie). Ankara espère obtenir une trêve lors de cette rencontre. Le 27 février, 34 militaires turcs avaient été tués dans des frappes aériennes attribuées par Ankara au régime syrien dans la région d'Idleb. En réaction, la Turquie a déclenché une opération militaire, baptisée "Bouclier du Printemps", et multiplié les frappes de drones, infligeant de lourdes pertes aux forces de Damas. Appuyé par l'aviation russe, le régime syrien mène depuis décembre une offensive pour reprendre Idleb, ultime bastion rebelle et djihadiste en Syrie. Les violences ont aggravé la situation humanitaire déjà catastrophique à Idleb. Près d'un million de personnes ont été déplacées, majoritairement en direction de la Turquie qui accueille déjà quatre millions de Syriens et redoute un nouvel afflux. Plus de 380.000 personnes ont été tuées depuis le début du conflit syrien en 2011. (Belga)