Le parquet du Limbourg a confirmé jeudi une information du journal Het Nieuwsblad selon laquelle 18 membres du club estudiantin Reuzegom devront comparaître devant la chambre du conseil pour leur implication présumée dans le décès d'un étudiant de 20 ans, survenu le 5 décembre 2018 lors d'un baptême. Les 18 membres du cercle d'étudiants sont cités à comparaître dans le cadre de l'enquête ouverte pour homicide involontaire, traitement dégradant et administration de substances nuisibles. La chambre du conseil décidera le 4 septembre de leur éventuel renvoi devant le tribunal correctionnel. Les faits remontent à la soirée du 4 au 5 décembre 2018. La victime, un étudiant de 20 ans, est décédé lors d'une activité extérieure du cercle Reuzegom à Vorselaar. Le jeune homme avait dû se plier pendant plusieurs heures, avec deux autres étudiants passant leur baptême, à une série d'épreuves dénigrantes et même dangereuses, dont l'une d'elles était d'ingérer une grande quantité d'huile de poisson. Outre la victime, qui avait été conduite aux urgences après son baptême, alors qu'elle était inconsciente et en hypothermie, les deux autres étudiants avaient aussi dû être hospitalisés. L'enquête sur la mort du jeune étudiant, initialement aux mains du parquet d'Anvers, a été transférée à celui du Limbourg car il est apparu au fil de l'enquête qu'un juge du tribunal de première instance d'Anvers avait un lien familial avec un membre du cercle étudiant impliqué. La mort de l'étudiant a provoqué un vif émoi en Flandre et relancé le débat sur les baptêmes estudiantins. Après des années d'efforts, la KUL (université de Louvain) est parvenue à faire signer à tous les cercles une charte encadrant le bizutage. Le cercle Reuzegom, qui n'était pas reconnu par l'université, a entretemps été dissous et ses membres suspendus par la KUL. (Belga)