Novak Djokovic, N.1 mondial, craint que les centaines de joueurs de tennis professionnels qui sont loin dans le classement mondial aient de gros problèmes à joindre les deux bouts avec leur sport. Avec la pandémie de coronavirus, peu de tournois Challenger et Futures, les niveaux inférieurs, sont organisés. Le Serbe a exprimé ses craintes vendredi, alors qu'il s'apprête à disputer les ATP Finals, le Masters de fin d'année réunissant les huit meilleurs joueurs de la saison. "C'est beau d'avoir pu disputer des grands tournois depuis la reprise, mais c'est inquiétant qu'au niveau des Futures, qu'on peut considérer le niveau de départ des professionnels, il n'y ait presque pas de tournois. C'est le plus gros groupe de joueurs de tennis professionnels. J'ai parlé avec beaucoup de joueurs qui sont 500e ou plus bas et ils implorent des tournois", a expliqué le vainqueur de dix-sept tournois du Grand Chelem. Djokovic est le fondateur d'une nouvelle association pour les pros, la Professional Tennis Players Association (PTPA), indépendante de l'ATP, l'organe en charge des tournois pour le haut niveau. "Je pense que nous devons collaborer avec toutes les parties du tennis et bien regarder ce problème. Il faut un système qui permettent à plus de joueurs et joueuses de tennis de vivre de leur sport. En ce moment, ils sont peut-être 200", a ajouté Djokovic. (Belga)