Le ministre des Indépendants, Denis Ducarme, a plaidé jeudi pour une approche de la pandémie qui permette de libérer davantage le travail. Il a notamment visé les secteurs culturel et événementiel, les soldes et la bulle sociale de cinq personnes par mois. "Ce qui est important aujourd'hui, c'est d'enclencher une autre approche, une approche qui vise, tout en veillant à préserver la population de la propagation du virus, à permettre au fur et à mesure aux opérateurs économiques de se remettre davantage au travail. Sinon, cela provoquera d'innombrables drames sociaux", a-t-il déclaré lors de son arrivée au Conseil national de sécurité. "Apprendre à vivre avec le virus veut dire aussi apprendre à travailler avec le virus pour nos indépendants et nos entreprises", a-t-il ajouté. Les perspectives sont sombres: il est question de 30% de faillites dans l'événementiel, de 20% dans l'Horeca, a-t-il averti. Le ministre espère sortir de la réunion avec des nouvelles encourageantes pour les secteurs culturel et événementiel, élargir le nombre de personnes autorisées à faire les soldes ensemble (actuellement limité à une unité) et avertit que rien n'est décidé quant au maintien de la bulle sociale limitée à cinq personnes pour un mois. Selon le virologue Marc Van Ranst, le Groupe d'Experts en charge de l'Exit Strategy (GEES) est favorable au maintien de cette règle controversée. L'Institut scientifique de santé publique Sciensano abonde également dans ce sens. "Il n'y a rien de tranché. Il y aura une discussion sur cette question. La bulle doit-elle rester à cinq, devenir hebdomadaire, bi-mensuelle, doit-elle rester comme ça?" a dit M. Ducarme (MR). (Belga)