La ministre francophone de l'Enseignement obligatoire, Caroline Désir, souhaite dans l'état actuel des choses maintenir les évaluations externes certificatives en fin d'année scolaire, a-t-elle indiqué jeudi au micro de Bel-RTL."On en a besoin, notamment pour mesurer l'impact de la crise sur les apprentissages des élèves, et de manière générale pour piloter notre enseignement. Ce sont des épreuves externes très importantes pour la Fédération Wallonie-Bruxelles", a expliqué la ministre PS. La ministre a déjà défini avec l'administration des points "essentiels, c'est-à-dire les points dans les programmes à côté desquels on ne peut pas passer parce qu'ils sont déterminants pour la suite des apprentissages". Ces examens sont communs à l'enseignement francophone et liés à l'octroi d'un certificat: le certificat d'études de base (CEB, le plus souvent en fin de primaire), le CE1D (2e secondaire) et le CESS (fin de secondaire). Ce mercredi, la ministre avait annoncé qu'après les congés de fin d'année, la rentrée de janvier se fera dans les mêmes conditions que ce qui vaut actuellement dans l'enseignement pour limiter la propagation du coronavirus, à savoir le code "rouge", au moins jusqu'à la mi-janvier. Cela signifie que les élèves de 3e secondaire et au-delà continueront de ne venir à l'école que la moitié du temps (au maximum), le reste se faisant à distance. (Belga)