Ce n'est pas vraiment une nouvelle, mais l'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) retape à nouveau sur le clou mardi dans une étude: la Fédération Wallonie-Bruxelles accuse un retard très important en matière d'enseignement et de numérique par rapport aux autres pays développés de la planète. Pour poser ce constat, l'OCDE ne s'est pas amusée à compter le nombre d'ordinateurs installés dans chaque école, mais a plutôt sondé les directeurs d'établissements sur leur sentiment par rapport au niveau des équipements dont ils disposent. Et leur constat est plutôt accablant. Ainsi, en 2018, à peine un tiers (36,2%) des directeurs d'école en Fédération Wallonie-Bruxelles jugeait suffisant le nombre d'appareils connectés à internet dans leur école (contre 67,2% en moyenne dans le reste de l'OCDE). De plus, seuls quatre directeurs sur dix chez nous (41%) estimaient disposer d'une bande passante suffisante pour leurs besoins pédagogiques (contre 67,5% en moyenne dans le reste de l'OCDE). S'il est souvent insuffisant en nombre, le matériel informatique présent est aussi jugé une fois sur deux insuffisamment puissant (46,4%) pour rencontrer les besoins, et seuls 47,5% des directeurs en FWB disent disposer des logiciels adéquats pour assurer les enseignements. Autre problème: la formation de nos enseignants au numérique en Wallonie et à Bruxelles. Selon leurs directeurs, un tiers seulement d'entre eux disposent des compétences techniques et pédagogiques nécessaires pour intégrer les outils numériques dans leurs enseignements (contre 64,6% en moyenne dans le reste de l'OCDE). (Belga)