Le chef de l'opposition tanzanienne et ancien candidat à la présidentielle, Tundu Lissu, a quitté le pays pour la Belgique mardi après les efforts diplomatiques des gouvernements occidentaux. "Je quitte mon pays en tant que citoyen libre. Je ne suis pas un réfugié. Je n'ai demandé l'asile dans aucun pays", a déclaré Lissu à la chaîne Deutsche Welle peu avant son vol pour l'Europe. M. Lissu avait dénoncé une fraude électorale lors de l'élection présidentielle du mois dernier, au cours de laquelle le président John Magufuli a été réélu avec 84% des voix. Tundu Lissu a été brièvement détenu et interrogé le 2 novembre. Après sa libération et face à des menaces de mort, il s'est réfugié à la résidence de l'ambassadeur d'Allemagne, a-t-il dit. Il a expliqué que des diplomates des États-Unis, d'Allemagne et de Belgique avaient travaillé pour lui obtenir l'autorisation de quitter la Tanzanie. Il a déclaré mardi à Deutsche Welle qu'il se rendait en Belgique, où il a un permis de séjour et a vécu pendant trois ans tout en suivant un traitement médical après une tentative d'assassinat. Il y a trois ans, sa voiture a été criblée de plus de 30 balles devant son domicile en Tanzanie. Il a subi 16 blessures par balle et a dû être transporté par avion à Nairobi et plus tard en Belgique, où il a subi plusieurs opérations. (Belga)