Au total, 42 journalistes dans le monde ont été tués et plus de 200 autres ont été emprisonnés alors qu'ils faisaient leur travail, selon un rapport publié jeudi par la Fédération internationale des journalistes (FIJ) à l'occasion de la Journée internationale des droits de l'homme.Selon la FIJ, le Mexique est en tête de la liste des pays où le plus grand nombre de journalistes ont été tués en 2020, avec 13 des 42 morts dans le monde. Le Mexique est en tête de liste pour la quatrième fois en cinq ans. Cinq journalistes ont été tués au Pakistan. L'Afghanistan, l'Inde, l'Irak et le Nigeria ont enregistré trois meurtres chacun. La Fédération, qui compte 600.000 membres dans 150 pays, a également compté des dizaines de journalistes emprisonnés, souvent sans inculpation, par des gouvernements qui tentent d'échapper aux regards indiscrets. "Le nombre stupéfiant de nos collègues en détention est un rappel du prix exigeant que les journalistes du monde entier paient pour leur recherche de la vérité dans l'intérêt du public", a déclaré le président de la FIJ Younes Mjahed. (Belga)