Les séjours à l'étranger restent un facteur de risque de contamination par le coronavirus: en août, 22% des personnes testées positives revenaient d'un voyage, selon les chiffres de l'Institut de santé publique Sciensano. "Il est donc très important de respecter les règles relatives au testing et à la mise en quarantaine" au retour d'une zone orange ou rouge, a insisté Frédérique Jacobs, la porte-parole interfédérale Covid-19 francophone, mercredi en conférence de presse. Cette situation n'est pas propre à la Belgique. Aux Pays-Bas, 24% des contaminations sont détectées chez des personnes s'étant rendues à l'étranger au cours des 14 derniers jours et cette proportion grimpe un à tiers en Allemagne et en Italie, a précisé Mme Jacobs. "La période d'incubation du virus est justement de deux semaines." "Les vacances, les fêtes et les visites à la famille constituent donc des facteurs de risque importants", a-t-elle conclu. Outre le respect d'une quarantaine et un dépistage au retour, il est conseillé de respecter les règles de base sur place comme maintenir la distanciation sociale, se laver les mains régulièrement ou porter un masque lorsque c'est indiqué, même en vacances. À Bruxelles, seuls 40% des quelque 13.000 personnes revenues d'une zone rouge au mois d'août ont été testées, malgré un dépistage pourtant obligatoire, a déclaré la responsable du Service de l'inspection de l'hygiène de la Commission communautaire commune (Cocom). En Flandre, la moitié seulement des personnes qui ont visité une zone rouge ont effectué un test. Les avis relatifs aux voyages sont disponibles sur le site des Affaires étrangères belges, à l'adresse https://diplomatie.belgium.be/fr. (Belga)