"Dans l'hypothèse où des mesures plus strictes (visant à limiter la propagation du coronavirus) devraient être prises prochainement, je tenterai de dégager des solutions pour les acteurs économiques dont l'activité devrait être impactée un certain temps", a annoncé jeudi le ministre des Classes Moyennes, des Indépendants et des PME David Clarinval (MR) à la Chambre. Ces mesures pourraient prendre la forme d'un "plan de mise en hibernation". David Clarinval a reçu mardi des représentants des secteurs Horeca et de l'événementiel. Il leur a annoncé son intention, déjà formulée, de prolonger le système du droit passerelle jusqu'au 31 décembre. Si de nouvelles mesures devaient être prises, notamment demain/vendredi lors du comité de concertation, le ministre Clarinval a annoncé à la Chambre vouloir "défendre l'adoption de mesures au cas où ces entreprises devraient être mises sous 'cocon' le temps nécessaire". "Il s'agirait de mettre en place un 'Plan de mise en hibernation' pour ce type de secteur, qui ne saurait plus exercer ses activités en raison de la crise. En ce qui concerne spécifiquement le secteur de l'évènementiel, nous devons notamment prévoir un mécanisme ad hoc pour leur permettre de faire face au paiement des coûts fixes (loyers - prêts pour investissement). Je peux déjà vous annoncer que les mesures d'aide seront à la hauteur des difficultés rencontrées par le secteur. Une coordination avec les entités fédérées aura lieu par le biais d'une Conférence interministérielle Économie et Emploi. J'estime que toute mesure de restriction doit être accompagnée d'une mesure compensatoire et de soutien", a-t-il conclu. Cette annonce n'a pas convaincu le député d'opposition Maxime Prévot (cdH). "Cette réponse n'offre guère de perspectives concrètes. Nous avions proposé hier (mercredi) un amendement (budgétaire) de 15 millions d'euros en faveur du secteur et cette majorité Vivaldi l'a rejeté. Je reviendrai en plénière avec cet amendement", a-t-il promis. (Belga)