L'infectiologue Erika Vlieghe, cheffe du service des maladies infectieuses de l'hôpital universitaire d'Anvers, a appelé vendredi les Belges à la prudence durant la période de Noël, alors que la deuxième vague de la pandémie de coronavirus semble refluer."Ce n'est pas vraiment le moment d'organiser de grandes fêtes, ni de petites", a-t-elle affirmé lors de l'émission De Ochtend de la VRT-radio. "Je serais très prudente. Les hôpitaux sont bondés et le secteur de la santé est toujours en train de craquer. Ce n'est vraiment pas le moment d'organiser de grandes fêtes, et pas même de petites non plus. Je pense aussi que beaucoup de gens le comprennent", a ajouté la professeure Vlieghe. "Nous ferions mieux de nous concentrer sur ce qui est possible. Sommes-nous vraiment prêts à mettre en péril le bénéfice que nous avons réalisé?", a poursuivi l'ancienne présidente du groupe d'experts chargé de la stratégie de sortie du confinement (GEES). "Nous nous y sommes très mal pris en Belgique, nous faisons un peu mieux maintenant. Continuons ainsi", a encore dit Mme Vlieghe. Interrogée sur la réouverture des magasins non essentiels, qui figure à l'agenda du comité de concertation prévu vendredi après-midi, elle a souligné qu'il était prudent pour le public d'éviter les endroits où de nombreuses personnes se rassemblent dans des zones mal ventilées, tant en privé qu'en public. Mais on peut éventuellement, selon elle, rouvrir un magasin dans lequel les conditions sont remplies. "Cela s'est bien passé en mai (lors d'un premier déconfinement après la première vague de la pandémie, NDLR). Cela peut se faire dans des conditions très strictes, si les commerçants peuvent l'organiser. Il faut le faire intelligemment", a souligné Mme Vlieghe. (Belga)