L'Espagne a réduit son déficit commercial de 58% en 2020 par rapport à l'année précédente, car la forte baisse des exportations (-10%) a été compensée par un recul encore plus important des importations (-14,7%), selon les données officielles publiées vendredi.Le déficit commercial est descendu à 13,4 milliards d'euros, contre près de 32 milliards d'euros en 2019, selon le ministère du Commerce. L'automobile est le secteur le plus touché par la baisse des exportations (-12,9%) sur un an, alors que les ventes de voitures à l'étranger représentent près de 15% du total des exportations de l'Espagne, deuxième constructeur automobile européen après l'Allemagne. Les exportations de biens d'équipement ont reculé de 12,6% sur un an et celles de produits chimiques de 3,6%. En revanche, les exportations de produits alimentaires (surtout viande et fruits-légumes), boissons et tabac, qui représentent environ un cinquième du total des exportations, ont augmenté de 5,5% en 2020 par rapport à 2019. La chute des exportations s'est toutefois réduite sur la deuxième partie de l'année, après un repli de près de 28% au deuxième trimestre, le plus concerné par le confinement destiné à lutter contre la pandémie de Covid-19, qui a été assorti en Espagne de deux semaines d'arrêt de toutes les activités économiques non essentielles, en particulier dans l'industrie et la construction. La chute des importations est due en grande partie à la baisse des importations d'énergie (-39% sur un an), la demande s'étant effondrée en raison du ralentissement économique. Une grande partie de l'économie ayant été à l'arrêt, en particulier les usines automobiles, les entreprises espagnoles ont aussi réduit les importations nécessaires à la fabrication de leurs marchandises. L'Espagne a vu son Produit intérieur brut (PIB) s'effondrer de 11% en 2020 sur un an, l'un des pires résultats de la zone euro, tandis que sa production industrielle a connu sa plus forte baisse depuis 2009 (-9,4% sur un an). (Belga)