C'est un coach du Sporting de Charleroi content et fier de ses joueurs qui s'est présenté face à la presse, à l'issue du match remporté par son équipe face aux Serbes du Partizan Belgrade (2-1, après prolongations), mais seule la moitié du chemin a été faite, a souligné Karim Belhocine. "Je suis content d'être qualifié. Ca a été une grosse débauche d'énergie. Mais mon sentiment est que l'on est à la mi-temps de nos deux matches européens." Les Carolos affronteront en effet jeudi prochain les Polonais de Lech Poznan aux barrages, dernier écueil avant de pouvoir accéder à la phase de poules de l'Europa League. A cet égard, "il faudra bien récupérer", selon l'entraîneur des Zèbres, dont l'équipe va enchaîner quatre rencontres en deux semaines et peut-être davantage, en cas de qualification. Le Sporting de Charleroi a émergé ce jeudi soir contre un adversaire rompu aux joutes européennes, contrairement au club belge. "Je peux féliciter mes joueurs. Ils ont un peu moins d'expérience mais on est quand même passé. On a pu compenser ce déficit d'expérience grâce à nos qualités", a poursuivi Karim Belhocine. L'entraîneur et son équipe ont-ils conscience d'écrire l'histoire du Sporting de Charleroi, qui avait échoué il y a cinq ans au troisième tour préliminaire de l'Europa League? "Je ne sais pas si on a conscience de cela... Je pense qu'on écrira l'histoire du Sporting si on gagne la semaine prochaine. Si vous étiez dans le vestiaire, si vous pouviez être là tous les jours avec mes joueurs, vous comprendriez que ces garçons le méritent." (Belga)