Toto Wolff a justifié les tergiversations de son équipe aux changements de pneus lors du Grand Prix de Formule 1 de Sakhir dimanche au Bahreïn par un problème de communication. "La radio ne fonctionnait pas dans la pitlane", a expliqué le patron de Mercedes.Après 64 tours et la sortie de la 'safety car' sur la piste, le Britannique George Russell et le Finlandais Valtteri Bottas, tous les deux en tête du Grand Prix, en ont profité pour changer leurs pneumatiques. Problèmes, les mécaniciens se sont trompés dans les trains de pneus sur la monoplace de Russell, raison aussi de la longueur de l'intervention dans la foulée sur celle de Bottas. Russell a dû repasser par les stands au tour suivant. Palliant au forfait de Lewis Hamilton, le jeune pilote de réserve de Mercedes, 22 ans, avait jusque là fait une course parfaite qu'une crevaison ensuite a ruiné. Il a terminé 9e juste derrière Bottas. "Il est clair que notre équipe aux pneus n'a pas entendu les consignes. La radio ne marchait dans la pitlane et lorsque les voitures sont rentrées, elle ne savait pas ce qu'elle devait faire et s'est trompée dans les changements des pneus", a expliqué Toto Wolff. "Nous aurions pu aussi ne pas faire rentrer les voitures, mais on avait creusé un trou. On peut avoir des doutes, mais je pense toujours que c'était la meilleure décision. Nous avons sinon bien travaillé ce week-end, les fautes techniques peuvent arriver. A nous d'en tirer les leçons." George Russell était tout proche d'aller chercher la première victoire de sa carrière et a reçu les excuses de son stand après l'arrivée. "Ce fut un moment d'émotion, mais cela ne sera pas sa dernière chance de gagner un Grand Prix. Ce n'est que le début d'une histoire avec lui, mais aujourd'hui, hélas, cela n'a pas abouti. Mais je peux dire qu'une nouvelle étoile est née." La présence de Russell au Grand Prix d'Abou Dhabi dimanche prochain, dernier rendez-vous de la saison en Formule 1, dépendra de Lewis Hamilton. Le Britannique, champion du monde pour la 7e fois, avait dû renoncer après avoir été testé positif au coronavirus. "Nous avons vu une nouvelle génération à l'oeuvre aujourd'hui pour qui seul le ciel est la limite, mais personne ne peut arriver à la cheville de Lewis Hamilton. S'il est négatif, il sera dans sa voiture dimanche, s'il est positif, ce sera Russell", a ajouté Toto Wolff. (Belga)