Fabian Lurquin, copilote, et le Français Mathieu Serradori (Century) ont finalement opté pour la prudence jeudi lors de la 11e et avant-dernière étape du Dakar, la plus longue et la plus difficile de cette 43e édition. Le tandem franco-belge a terminé en 13e position à 19 minutes et 29 secondes du vainqueur du jour le Qatari Nasser Al-Attiyah, mais les deux hommes ont rapidement opté pour la prudence.Mathieu Serradori et Fabian Lurquin étaient partis jeudi matin pour tenter de réaliser quelque chose encore dans ce Dakar, mais la difficulté de l'étape et la centaine de kilomètres de dunes les ont poussés à remiser leurs ambitions. "Il y avait beaucoup de rochers et la vitesse moyenne était plutôt basse. Avec les problèmes des derniers jours à l'esprit, nous avons décidé de ne pas prendre de risques au lieu d'attaquer", a confié le Liégeois. "Nous ne voulions plus avoir de problèmes. Et quand nous avons crevé deux fois, nous nous sommes dit que nous allions rejoindre sagement le bivouac. La navigation était très difficile, mais nous avons bien négocié l'étape. A part une petit erreur. Nous avons dû faire demi-tour une fois, après quoi nous avons immédiatement repris la bonne piste. C'est dommage car il n'y aura peut-être pas de victoire d'étape sur ce Dakar. Si nous avions pu en gagner une, cela aurait été la neuvième. Ce sera pour l'année prochaine." Au classement général, Mathieu Serradori et Fabian Lurquin naviguent à la 38e place à 32h11:37 du Français Stéphane Peterhansel (Mini). Vendredi, la 12e et dernière étape ramènera toute la caravane à Jeddah, d'où elle était partie le 3 janvier, sur un tronçon de 452 kilomètres dont 225 kilométrés, au départ de Yanbu. (Belga)