En déclarant que la Flandre n'adapterait pas son plan climat en cas de fermeture des centrales nucléaires par le prochain gouvernement fédéral, la ministre flamande de l'Energie Zuhal Demir (N-VA) s'est attirée les foudres de ses partenaires de coalition de l'Open Vld et du CD&V ainsi que de Groen, dans l'opposition.Zuhal Demir a averti, samedi au micro de l'émission "De ochtend" sur Radio 1, que le gouvernement flamand n'adapterait pas son plan climat si un nouveau gouvernement fédéral venait à planifier la fermeture des centrales nucléaires. La ministre réagissait à la volonté d'Ecolo de fermer ces installations d'ici 2025, tel que le prévoit la loi. "Ils doivent nous prendre en compte. Si le gouvernement fédéral veut construire des centrales au gaz, il doit demander des autorisations à la Flandre", a-t-elle précisé, ajoutant : "nous avons dit que la facture énergétique n'augmentera pas et je m'y tiendrai". Si le CD&V s'est dit convaincu que la ministre ferait "tout ce qui est en son pouvoir pour assurer un approvisionnement énergétique aussi abordable que possible", les chrétiens-démocrates jugent cependant le dossier "bien trop sensible pour faire l'objet de jeux politiques". "Que la ministre bloque des permis pour des raisons partisanes serait tout simplement intolérable et contraire à l'accord du gouvernement flamand, qui prévoit des procédures rapides", a réagi le député Robrecht Bothuyne. "Plus la coopération entre les différents gouvernements sera efficace, moins les citoyens en ressentiront l'impact sur leur portefeuille", a prévenu l'Open Vld, assurant ne pas "se laisser intimider". Dans l'opposition en Flandre mais partie prenante aux négociations en vue de constituer la future coalition fédérale, Groen a également mis la ministre en garde contre d'intolérables "jeux politiques". "L'approbation d'un permis pour une centrale au gaz repose sur des critères légaux et non sur une décision arbitraire", a conclu le parti. L'avenir des centrales nucléaires vieillissantes, dont la fermeture est légalement prévue en 2025, fait l'objet de discussions entre les partenaires potentiels de la future coalition fédérale Vivaldi, qui associerait le CD&V aux familles socialiste, libérale et écologiste. (Belga)