Quatorze personnes ont été interpellées lundi à Cannes et ses environs (Alpes-Maritimes) dans le cadre de l'enquête sur le meurtre, début 2019, de Thierry Fornasari, 44 ans, figure connue du grand banditisme azuréen, a-t-on appris mardi de source proche du dossier.Les 14 personnes, hommes et femmes dont certains étaient déjà connus des services de police, ont toutes été placées en garde à vue et des perquisitions ont été menées, a précisé cette source. Thierry Fornasari qui était en cavale depuis 2017, avait été retrouvé tué par balles dans la commune de Tanneron (Var) fin février 2019. En 2014, Thierry Fornasari, après avoir été extradé d'Espagne, avait été condamné à 15 ans d'emprisonnement pour trafic de stupéfiants par le tribunal correctionnel de Grasse, qui avait alors confirmé une peine par défaut prononcée dix ans auparavant. Fin 2017, il n'avait pas regagné sa cellule après une permission de sortie. L'homme avait un lourd passé de braqueur et de trafiquant de drogue. Initié aux braquages à 17 ans par son père Robert, il avait fait partie d'un gang ayant braqué 19 banques. En février 1999, à l'âge de 24 ans, il avait été condamné une première fois pour trafic de stupéfiants de l'Espagne vers la France. En 2001, Thierry Fornasari s'était installé à Marbella (Espagne). Associé à un complice dans la banlieue de Cannes, il était soupçonné d'avoir organisé l'importation en France de 7 tonnes de résine de cannabis, entre juillet 2002 et novembre 2003. C'est pour ce trafic qu'il avait été condamné, en son absence, à 15 ans de prison en 2004. En juillet 2007 il avait été arrêté par la police espagnole sur la Costa del Sol dans le cadre d'une autre affaire de trafic de stupéfiants assortie d'un enlèvement. Il avait alors été condamné à sept ans de prison. Sa peine purgée en Espagne, il avait été extradé en France. Il était le neveu d'Emile Fornasari, braqueur de bijouteries et figure azuréenne du banditisme, qui s'était illustré en 2001 en s'évadant par hélicoptère de la prison de Draguignan avec deux autres détenus et qui avait été condamné à perpétuité en 2017 pour avoir commandité l'assassinat d'un gardien d'école à Antibes. Le nom de Thierry Fornasari était aussi apparu dans ce dossier qui avait vu la condamnation à perpétuité de Michel Lambin, alias le "berger de Caussols", auquel l'accusation avait attribué l'assassinat du gardien d'école. (Belga)