Sept membres de l'ultragauche soupçonnés d'avoir voulu préparer une action violente ont été mis en examen vendredi en France pour "association de malfaiteurs terroriste" criminelle, a appris l'AFP de source judiciaire.Le parquet national antiterroriste français (PNAT) a requis le placement en détention provisoire pour six de ces personnes, qui étaient en cours de présentation vendredi soir à un juge des libertés et de la détention. Selon la source judiciaire, qui confirmait une information de BFMTV, neuf personnes ont été interpellées mardi en France (région parisienne, dans l'agglomération toulousaine, en Dordogne et en Ille-et-Vilaine), et placées en garde à vue dans le cadre d'une information judiciaire ouverte en avril. Deux d'entre elles ont été remises en liberté sans poursuite à ce stade. Les personnes mises en examen sont six hommes et une femme, âgés de 30 à 36 ans, a précisé cette source. Des armes et des produits pouvant entrer dans la composition d'engins explosifs ont été retrouvés lors de perquisitions, selon une source proche du dossier. Une source proche du dossier a toutefois précisé à l'AFP que l'état actuel des investigations ne permettait pas de confirmer l'intention des personnes mises en causes de s'en prendre à des policiers. (Belga)