L'ancien médecin Eufemiano Fuentes, personnage central de l'affaire de dopage "Puerto" dans le cyclisme en 2006, a déclaré dimanche avoir fourni des produits pour améliorer ses performances au champion olympique 1992 du 1500 m, l'Espagnol Fermin Cacho.Dans un entretien à la chaîne de télévision Sexta, le médecin espagnol, acquitté en appel en 2016 par la justice espagnole, assure avoir prescrit à l'athlète "tout ce qu'il y avait à cette époque", notamment "des expanseurs du volume plasmatique, des réducteurs d'acide lactique, des stimulants naturels de la testostérone ou des acides aminés". "Je tiens à nuancer, on ne fait pas d'un âne un cheval de course, le fait qu'à un moment j'ai aidé, conseillé ou prescrit un traitement pour améliorer sa performance ne veut pas dire que c'est pour ça qu'il a gagné ce qu'il a gagné", a déclaré Fuentes, pour qui Cacho est un "athlète et un coureur exceptionnel". Dans la même interview, Fuentes a déclaré que s'il dévoilait tout ce qu'il savait sur les Jeux de Barcelone en 1992, "des médailles tomberaient", tout en ajoutant: "C'est pour ça que je ne veux pas le dire". "Je crois que oui (il y a eu du dopage à Barcelone en 1992), mais je ne peux pas le prouver", a-t-il poursuivi. "Ce que je devrais dire, c'est que je sais que des médaillés ont eu recours à des substances dopantes, mais 28 ans après, c'est quasiment impossible à démontrer, et cela peut faire l'objet d'une plainte. En disant quelque chose que l'on ne peut pas démontrer, on peut se retrouver au tribunal, et ça je ne le veux pas". Fuentes, qui a travaillé pour la Fédération espagnole d'athlétisme jsuq'en 1988, des clubs de football et des équipes cyclistes, a révélé avoir voyagé à l'époque dans les pays de l'ancien bloc communiste. "Durant ces voyages, j'ai appris des techniques de dopage. Ils étaient financés par les organismes avec qui j'étais sous contrat et l'un d'eux était la fédération" d'athlétisme, a-t-il affirmé. "J'ai utilisé des médicaments dopants avant qu'ils ne soient interdits et quand ils le devenaient, j'en utilisais d'autres pour ne pas franchir la ligne rouge", a-t-il ajouté. "Je ne suis pas un délinquant", s'est-il défendu. Il a toutefois reconnu qu'il savait que les autotransfusions de sang qu'il pratiquait étaient interdites par l'Agence mondiale antidopage. "Ils m'ont demandé de le faire, le système m'a demandé de le faire. J'ai travaillé et fait ces choses pour le gouvernement dans les années 80", tout en ajoutant que "cela a été fait par tout le monde." A propos de l'ancien champion cycliste Lance Armstrong, convaincu de dopage, qui a affirmé qu'à son époque tout le monde se dopait, Fuentes a déclaré : ""Il a probablement raison. Je dis probablement parce que je partage en grande partie cette affirmation" Interrogé sur ses relations avec les clubs de football espagnol, le médecin, âgé de 66 ans, a dit qu'il avait eu quelques contacts avec le FC Barcelone mais sans suite. Il est resté en revanche plus ambigu concernant le Real Madrid. "Je ne vais pas répondre à cette question (concernant son éventuelle collaboration avec le Real), mais cela ne veut pas dire que c'était le cas, j'ai déjà dû témoigner dans un procès sur cette question et j'avais dit non, donc (aujourd'hui) je te dis non", a-t-il répondu au journaliste de La Sexta, Jordi Evole. Fuentes travaillait de manière tout à fait officielle pour les clubs de l'Union Deportiva de Las Palmas, Universidad de Las Palmas et Elche, mais "officieusement j'étais parfois embauché ou sollicité (par des équipes), car il n'y avait pas de contrats, pour conseiller leurs techniciens, leurs médecins sur le contrôle, la récupération et le suivi de leurs joueurs". (Belga)