Une enquête sur les attaques terroristes de 2019 dans deux mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande, où 51 personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées, a été retardée pour la troisième fois, a confirmé le ministre de l'Intérieur, Tracey Martin, dans une déclaration vendredi indiquant que la Commission d'enquête a été prolongée jusqu'au 26 novembre. "La demande de la Commission d'enquête est dûe à des retards résultant de la pandémie de Covid-19", a-t-il expliqué. Le personnel et les agences concernées n'ont pas pu accéder à l'établissement pendant le confinement en Nouvelle-Zélande, ce qui a entraîné des retards. La nouvelle date permettrait également au Parlement de siéger et de rendre public rapidement le rapport, a déclaré M. Martin. Le rapport, initialement prévu pour décembre 2019, doit révéler comment l'attaque a pu être possible, comment le tireur Australien Brenton Tarrant a obtenu ses armes et le rôle des agences de sécurité et de renseignement. (Belga)