Pas de Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix) ni de Wout van Aert sur le podium de Gand-Wevelgem, dimanche. La rivalité entre les deux grands favoris a fait en sorte que la 82e édition se termine par un sprint à quatre sans eux. Van Aert a fini huitième et Mathieu van der Poel neuvième. Au terme de la course, Van Aert s'en est pris à Van der Poel. "Notre groupe de tête était un peu trop important pour rester ensemble jusqu'à la fin. C'était en quelque sorte un pari. J'ai gardé un œil sur certains des hommes qui représentaient le plus grand danger pour moi. Apparemment, cela n'a pas été très apprécié par certains d'entre eux. Quand Wout a attaqué, j'ai contre-attaqué. Après tout, il était l'un des meilleurs coureurs du groupe. Je n'ai pas roulé pour le faire perdre. J'ai fait ma propre course pour gagner. Gianni Vermeersch m'a manqué dans le final. Il a chuté. S'il était resté dans l'échappée, j'aurais couru plus à l'aise. Dans le sprint, il ne me restait pas grand-chose", a déclaré Van der Poel. "J'ai fait mon vrai sprint quand j'ai commencé la chasse aux quatre hommes partis à l'attaque dans le final. C'était alors tout ou rien. Je savais aussi que lorsque j'aurais comblé le fossé, ils seraient sortis de derrière mon dos et auraient attaqué à nouveau." "Dimanche au Tour des Flandres, ce sera une course très difficile à gagner de toute façon, mais j'ai emmagasiné pas mal de confiance pendant ce Gand-Wevelgem. Je voulais aussi gagner cette course, même si Wout a une opinion différente", a conclu le Néerlandais. (Belga)