Get up Wallonia, le plan de relance wallon, a été l'objet d'une vive passe d'armes, mercredi en séance plénière du parlement régional, entre le ministre-président Elio Di Rupo et le chef de groupe du PTB Germain Mugemangango. "Vous donnez l'impression qu'en ayant désigné PwC pour accompagner ce plan de relance, nous sommes complices d'une vaste fraude. C'est de la foutaise", s'est emporté Elio Di Rupo. "Il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre. Je l'ai dit et vous le redit, c'est un consortium autour de PwC qui a été désigné à l'issue d'un marché public, sans qu'aucun membre du gouvernement n'intervienne. Laisser croire que nous nous sommes rendus complices d'une fraude, c'est de la foutaise", a affirmé le ministre-président. "Bien sûr, vous avez besoin d'images fortes car votre conviction, c'est que seule la révolution permettra de changer le système. Vous rêvez que la rue renverse les immeubles. Moi, je suis tenu par les règles et je suis pour un changement pacifique", a-t-il ajouté. "Nous sommes profondément démocrates, ce qui passe par la participation des citoyens aux décisions qui les concernent et leur transparence", lui a répondu Germain Mugemangango. "Vous pouvez faire de la rhétorique mais les faits sont têtus: vos choix sont révélateurs des options que vous défendez pour la Wallonie", a ajouté le chef de file du PTB au parlement wallon. (Belga)