Giovanni Damilot, accusé du meurtre de Jean-Sébastien Spoiden, le 24 février 2018 à Les Hayons (Bouillon), a expliqué, lundi lors son audition au premier jour de son procès devant la cour d'assises du Luxembourg, avoir porté plusieurs coups de hachette à la victime pour "pour abréger ses souffrances". Les faits se sont déroulés au cours d'une dispute entre deux amis lors d'une soirée alcoolisée au domicile de la victime. Giovanni Damilot était déjà sous l'influence de l'alcool quand il est arrivé au domicile de Jean-Sébastien Spoiden. Les deux hommes ont eu plusieurs disputes relatives à la propreté du domicile de la victime. Lors de l'une d'entre elles, Giovanni Damilot tenait une hachette à la main alors qu'il coupait du bois. L'accusé a reconnu avoir pris l'outil et asséné un premier coup. "Jean-Sébastien est tombé", a ajouté l'accusé qui a ensuite porté d'autres coups. "Je pense que c'était pour abréger ses souffrances. J'ai ensuite mis la hachette dans le feu et je suis parti", a poursuivi Giovanni Damilot. L'accusé était rentré à pied chez sa mère à Bouillon, mais était revenu le lendemain au domicile de la victime. Il a alors découvert l'incendie qui s'était déclaré à cause d'un drap trop près du poêle à bois. "J'ai paniqué et j'ai essayé de tout camoufler. J'ai emballé le corps", a-t-il précisé. Le corps carbonisé de la victime a été déplacé par l'accusé dans la cave de la maison, où il a été retrouvé deux jours plus tard alors que des proches de Jean-Sébastien Spoiden s'inquiétaient de ne pas avoir de ses nouvelles. Giovanni Damilot est suspecté car il est le dernier à avoir quitter le domicile de Jean-Sébastien Spoiden. Il a été interpellé deux jours après la découverte du corps de la victime. Il est finalement passé aux aveux devant les enquêteurs. (Belga)