Des activistes de l'ONG Greenpeace ont déployé vendredi matin une banderole de 30 mètres de hauteur sur une façade du Berlaymont, le siège de la Commission européenne à Bruxelles, pour dénoncer ce qu'ils voient comme une complicité de l'UE dans la destruction de l'Amazonie. La banderole, sur 14 étages du Berlaymont, imitait un trou à travers l'Amazonie en feu. Des feux de Bengale ont apporté la fumée nécessaire. "En important de la viande, du soja et d'autres produits provenant de zones récemment déboisées pour être cultivées, l'Europe est complice de la destruction de la forêt tropicale amazonienne et de ses écosystèmes uniques. Avec des conséquences désastreuses pour le climat, la biodiversité, les peuples autochtones et notre santé", a dénoncé Sébastien Snoeck, expert politique chez Greenpeace Belgique. La police est rapidement arrivée sur place mais a laissé l'action se dérouler. Celle-ci intervient quelques jours après le lancement, par la Commission européenne, d'une consultation publique en vue d'une nouvelle législation visant notamment à freiner l'importation de produits issus de la destruction des forêts (plan d'action pour l'agriculture biologique). Avec les ONG WWF-Belgique, BOS+, Rikolto, Natuurpunt et d'autres, Greenpeace appelle les citoyens à faire entendre leur voix à travers cette consultation. (Belga)