Plus d'une semaine après le début de la grève au sein du centre d'insertion socio-professionnelle Jefar (Liège), les travailleurs sont toujours aussi déterminés à obtenir la réintégration du coordinateur licencié sans motif précis. Le mouvement se poursuivra lundi prochain, a indiqué vendredi Nadine Vansteeger, secrétaire permanente CNE.Depuis le débrayage le 23 janvier dernier, en front commun CNE/Setca, les rencontres avec la direction et le conseil d'administration n'ont pas permis de débloquer la situation. Les propositions formulées jusqu'ici, comme l'intervention d'un facilitateur, ont été jugées tardives et insuffisantes par les travailleurs. Ceux-ci maintiennent leurs revendications, à savoir la réintégration du coordinateur licencié auquel aucune motivation de renvoi n'a été signifiée ainsi qu'une amélioration au niveau du management. Ils dénoncent, en effet, un profond malaise au sein de l'entreprise depuis plusieurs années. Du côté des organisations syndicales, on déplore la situation. "Il y aurait apparemment blocage au niveau patronal pour diverses raisons personnelles...", relevait jeudi Nadine Vansteeger. "C'est irrespectueux envers les travailleurs et les stagiaires qui dépendent de Jefar sachant que cela peut leur porter préjudice dans le cadre de leur parcours d'intégration. Ils doivent notamment réaliser une formation à la citoyenneté et s'ils ne sont pas en ordre, ils encourent une amende. Les travailleurs en ont bien conscience et font le nécessaire pour leur éviter des problèmes. Etre en grève aussi longtemps, c'est du jamais-vu dans ce secteur! Les travailleurs se sentent vraiment abandonnés", regrette-t-elle. Le mouvement se poursuivra lundi. A nouveau, dès 7 h 30, les travailleurs établiront un piquet de grève face à l'entreprise, quai Mativa à Liège. Un bureau de conciliation composé de représentants de la direction, des syndicats et des travailleurs devrait se tenir lundi ou mardi. Jefar est un centre d'insertion socio-professionnelle qui dispense des formations théoriques et pratiques à des stagiaires. On y dénombre une trentaine d'employés, qui sont des formateurs et coordinateurs. (Belga)