Le PTB a dénoncé mardi ce qu'il considère comme une "prise en main chaotique" par le gouvernement de la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière. Les autorités, de leur côté, gèrent le stock de vaccins disponibles, face à l'impossibilité de fournitures nouvelles. Elles ont bon espoir d'éviter une conjonction problématique des pics de la grippe saisonnière et de la Covid-19.La Belgique avait commandé pour cette saison de grippe 2,9 millions de vaccins, soit 10% de plus que l'an dernier. C'était avant l'arrivée en février de la pandémie de Covid-19, qui a fait exploser la demande de vaccins anti-grippe de la part d'une population inhabituellement sensibilisée au sujet. Vu la demande, la conférence interministérielle Santé publique a retardé en octobre la vaccination des 50 à 65 ans qui ne présentent pas de risques de complications. Ce n'est donc que depuis ce jeudi 3 décembre que les vaccins déjà délivrés à ces derniers peuvent être administrés. Avec une nuance: la priorité absolue donnée à la vaccination des groupes cibles prioritaires à risque a été prolongée. Un nouveau point de la situation sera dressé à la mi-décembre. Sachant que quoi qu'il en soit, les firmes ne fabriquent plus depuis des mois de vaccins pour la grippe de cette année, leurs lignes de production étant occupées pour la saison prochaine. Le ton se veut rassurant. "Les signaux que nous recevons indiquent qu'il y a moins de cas de grippe grave cette année. Nous avons donc bon espoir que tout se passe bien", commentait-on à l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS), à laquelle renvoyait le cabinet du ministre fédéral de la Santé. Plus alarmiste, le PTB (opposition) menait ce mardi une action sur le sujet. La députée Sofie Merckx dénonce une confusion entretenue à ses yeux par les décisions gouvernementales. Elle rappelle que pendant l'été, les généralistes avaient reçu la directive de vacciner non seulement les groupes à risque, mais aussi les personnes en bonne santé de plus de 50 ans, avant de recevoir l'injonction de temporiser. "Même les patients du groupe à risque le plus élevé ne pourront pas tous être vaccinés", affirme-t-elle. Ce que ne confirme pas l'AFMPS: "sur la base d'une enquête menée auprès de toutes les pharmacies, des grossistes-répartiteurs et des entreprises pharmaceutiques, il apparaît que les vaccins antigrippaux sont en nombre suffisant pour répondre aux besoins des groupes cibles prioritaires (catégorie A)." Le parti d'extrême gauche réclame un contrôle gouvernemental de la chaîne de distribution et insiste pour que le gouvernement réclame les stocks achetés par les entreprises. À terme, il propose d'étendre Vaccinnet, le système d'enregistrement électronique, à toutes les entités fédérées et pour tous les vaccins, afin de créer un système d'enregistrement central unique pour "un contrôle gouvernemental exact de qui a reçu un vaccin et qui n'en a pas reçu." Un débat sur le sujet est à l'ordre du jour de la Commission Santé de la Chambre ce mardi après-midi. (Belga)