Arbitrer son propre pays en match international officiel existe dans très peu de sport. La semaine dernière et ce week-end, deux duos belgo-néerlandais ont pour la première fois sifflé les matchs de Hockey Pro League de leurs équipes des Pays-Bas et de Belgique qui ont accueilli la Grande-Bretagne successivement à Amsterdam et à Uccle. "En ces circonstances actuelles, la fédération internationale n'avait pas beaucoup de solutions pour faire venir des arbitres de l'étranger et a demandé à Céline Martin-Schmets et moi-même si nous pouvions dépanner et arbitrer la Belgique", a expliqué Laurine Delforge, la meilleure arbitre féminine du pays, qui a déjà à son actif une finale de Jeux olympiques et de Coupe du monde. "C'est un fait assez rare. Et cerise sur le gâteau, j'ai été désignée pour arbitrer les matchs masculins, tant aux Pays-Bas qu'ici à Uccle. La FIH pousse pour avoir des arbitres mixtes aux commandes des rencontres, mais ce fut quand même une surprise d'avoir ainsi 5 matchs de haut niveau à diriger en une semaine", a ajouté la joueuse de l'Antwerp qui a chaque fois officié sur le terrain en duo avec soit le Néerlandais Coen van Bunge soit son compatriote Jonas van 't Hek. Et lorsqu'elle n'était pas sur le gazon, elle a pris place en tribune pour prendre l'arbitrage vidéo à sa charge. "Le hockey masculin est presque un autre sport que chez les dames. Il faut se préparer d'une autre manière. Heureusement cela fait 7-8 ans que la fédération belge m'a fait confiance en me laissant arbitrer en messieurs de Division Honneur, mais ici en international c'est encore autre chose. Il est clair que j'apprends un maximum de ces matchs. J'essaie d'être un niveau au-dessus en analysant chaque rencontre et vais prendre ces enseignements avec moi en revenant plus tard en ligue féminine", a conclu la meilleur arbitre mondiale de 2016. . (Belga)