Les chercheurs de la plateforme de collaboration Honeybee Valley de l'université de Gand (UGent) ont démontré pour la première fois que la résistance des abeilles aux virus est déterminée génétiquement. Cela ouvre la voie à l'élevage de colonies résistantes aux virus, estime Dirk de Graaf, professeur à l'université gantoise et fondateur de Honeybee Valley. "Les abeilles sont sous pression, en partie à cause des acariens parasites Varroa destructor qui se développent dans le couvain et transmettent des virus. Ces virus déterminent en grande partie le profil de maladie de la colonie et sont donc décisifs pour la survie ou non des abeilles durant l'hiver", explique Honeybee Valley. "Néanmoins, aujourd'hui, l'accent est entièrement mis sur la lutte contre la maladie du varroose, tant en termes de pratique apicole que de recherche fondamentale. Nous avons pu démontrer que certaines colonies d'abeilles sont capables de supprimer les infections virales et que cette caractéristique est déterminée génétiquement. Cela ouvre donc la voie à l'élevage de colonies résistantes aux virus." L'étude, publiée lundi dans la revue Scientific Reports, a été réalisée dans le cadre du Programme apicole flamand, qui soutient les apiculteurs flamands et est financé par le gouvernement flamand et la Commission européenne. "Une cinquantaine d'apiculteurs a participé à l'étude et a fait procéder, sur base volontaire, à des contrôles sanitaires de ses élevages de reines, au cours de la période 2015-2018. Les résultats donneront sans aucun doute un nouvel élan au travail de sélection génétique des reines en Flandre", en conclut le professeur de Graaf. (Belga)