L'Allemagne compte accueillir 2.000 résidents du camp de migrants de Moria en Grèce, où un important incendie s'est déclaré dans la nuit de mardi à mercredi et à cause duquel des milliers de personnes sont désormais privées de toit. L'Autriche en revanche n'envisage pas d'accueillir de rescapés.Suite à cet incendie tragique sur l'île grecque de Lesbos, l'Allemagne envisage accueillir 2.000 des 12.000 personnes désormais privées de logement, a annoncé le ministre allemand de l'Aide au développement, Gerd Müller, au média ARD. Le pays compte prendre l'initiative en "signe d'humanité". Plusieurs Etats fédérés allemands ont déjà indiqué qu'ils pouvaient accueillir des réfugiés et avancé des chiffres concrets, mais ils doivent obtenir l'aval du gouvernement fédéral, qui devrait en assumer les coûts. "Je suis d'avis personnellement que nous devons accepter les offres des Etats fédérés", a indiqué M. Müller. Jusqu'à présent le gouvernement allemand n'avait pas été aussi loin dans ses déclarations, signalant uniquement que le pays aiderait la Grèce. L'Autriche voisine en revanche n'a pas l'intention d'accueillir des migrants qui étaient hébergés à ce jour dans le camp grec surpeuplé et désormais dévasté par les flammes. "Nous devons être très prudents car nous ne voulons pas envoyer de signal qui pourrait engendrer une réaction en chaine", a affirmé le ministre des Affaires étrangères autrichien Alexander Schallenberg dans une émission autrichienne. Si le camp devait être évacué pour répartir les migrants entre les différents pays européens, ce dernier sera rapidement à nouveau rempli, a estimé le ministre. Il souhaite que l'émotion soit soustraite du débat pour que celui-ci soit rationalisé. "Cela n'aide pas à chaque incident ou urgence de répartir les migrants. Cela ne peut pas être une solution", a-t-il ajouté. L'Autriche a l'intention d'aider la Grèce sur le terrain. Aucune personne n'est morte dans l'incendie du camp de réfugiés ont indiqué mercredi les autorités grecques. Une enquête a été lancée pour déterminer combien de personnes sont devenues sans-abri, a déclaré le ministre grec de l'Asile et migration, Giorgos Koumoutsakos, lors d'une conférence de presse à Athènes. L'incendie s'est produit dans la nuit après des tensions liées au confinement obligatoire qui a été décrété après que plusieurs personnes ont été testées positives au coronavirus. "Les incidents à Moria ont éclaté quand des demandeurs d'asile ont protesté contre la quarantaine imposée dans le camp après la détection de 35 cas de Covid-19", a pointé le ministre. (Belga)