Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a exhorté jeudi l'Union européenne à placer la crise migratoire au coeur de ses préoccupations après l'incendie du camp de migrants de Moria, en Grèce. "L'Europe doit passer des paroles de solidarité à une politique d'actes de solidarité. Nous devons mettre la crise migratoire au coeur de nos discussions et être beaucoup plus concrets", a-t-il déclaré lors d'un sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des pays du sud de l'Europe sur l'île française de Corse. "Nous devons mettre la crise migratoire au coeur de nos priorités, devenir beaucoup plus concrets et efficaces", a-t-il encore déclaré, rappelant que "la Grèce et d'autres pays du sud sont aujourd'hui face à une crise extrêmement lourde et difficile à affronter". Emmanuel Macron avait auparavant assuré que la crise migratoire "sera au coeur de l'agenda européen des prochaines semaines", affirmant que "l'impasse n'a que trop duré sur les sujets migratoires". Il a rappelé que l'Allemagne et la France avaient proposé, après l'incendie de Moria, la prise "en charge des mineurs non accompagnés, en particulier pour là aussi participer, comme il se doit, à cette solidarité européenne". Des milliers de demandeurs d'asile sans nourriture et sans eau erraient jeudi près du camp de Moria sur l'île de Lesbos, ravagé par deux incendies consécutifs, le gouvernement grec peinant à leur venir en aide alors que Paris et Berlin ont lancé une initiative commune pour en accueillir des centaines en Europe. (Belga)