Le ministère américain de la Justice a retiré jeudi le dossier d'accusation contre un ancien conseiller de Donald Trump, Michael Flynn, poursuivi pour avoir menti sur ses contacts avec un diplomate russe. Le ministère a estimé que l'enquête contre l'ancien général de 61 ans n'avait pas "de base légitime" et que ses déclarations "même si elles étaient fausses n'avaient pas d'importance", selon des documents judiciaires. Après avoir participé à la campagne de Donald Trump, Michael Flynn avait eu des échanges confidentiels avec l'ambassadeur russe à Washington, Sergueï Kisliak, entre l'élection du milliardaire républicain et son entrée à la Maison Blanche. Devenu conseiller à la sécurité nationale, il avait été interrogé le 24 janvier 2017 par la police fédérale dans le cadre de l'enquête sur les ingérences russes dans la présidentielle, mais il avait dissimulé ces contacts. Il avait rapidement dû démissionner pour avoir également menti au vice-président Mike Pence. Michael Flynn avait accepté en 2017 de plaider coupable de parjure et de coopérer avec la justice. Mais il avait changé d'avocats l'an dernier et de stratégie de défense et demandait depuis l'annulation de la procédure, en se présentant comme victime d'une manipulation politique. La semaine dernière, Donald Trump, qui a toujours comparé l'enquête russe à une "chasse aux sorcières" destinée à lui nuire, avait apporté son soutien à Michael Flynn, le jugeant victime de "flics pourris". (Belga)