L'avocate iranienne emprisonnée Nasrin Sotoudeh, qui défend les droits humains dans son pays, a été hospitalisée après avoir été "gravement affaiblie" par une grève de la faim de plus de 40 jours, a annoncé samedi son mari.Elle a été transférée dans un service de cardiologie peu après avoir été admise aux urgences de l'hôpital Taleghani de Téhéran, a expliqué au téléphone à l'AFP son mari Reza Khandan. "Nous avons été autorisés à la voir quelques instants", a-t-il ajouté. "Elle était gravement affaiblie, a perdu beaucoup de poids et avait les yeux caves". Mme Sotoudeh, 57 ans, est en grève de la faim depuis plus de 40 jours, selon son mari. Le 11 août, elle avait annoncé sur les réseaux sociaux qu'elle faisait cela pour dénoncer les conditions d'incarcération des prisonniers politiques détenus pour des motifs "invraisemblables" et leur horizon judiciaire bouché, tandis que le Covid-19 fait des ravages en Iran et encore plus dans ses prisons. Selon les chiffres officiels, le coronavirus a fait plus de 24.000 morts dans ce pays et y a contaminé près de 420.000 personnes. M. Khandan a dit craindre que l'hôpital "ne soit pas un endroit sûr à cause du coronavirus" car beaucoup de malades du Covid-19 s'y trouvent, mais que son épouse n'était pas contaminée, d'après les derniers examens. Co-lauréate 2012 du prix Sakharov décerné par le Parlement européen, elle a été condamnée en 2019 à 12 ans de de prison après avoir défendu une femme arrêtée pour avoir manifesté contre l'obligation faite aux Iraniennes de porter le voile. (Belga)