Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif a appelé samedi à protéger les représentations diplomatiques en Irak lors d'un entretien avec son homologue irakien Fouad Hussein à Téhéran.Les deux responsables ont également discuté de l'assassinat à Bagdad en janvier du général iranien Qassem Soleimani par Washington et de la coopération bilatérale entre leurs pays, voisins et alliés, a indiqué M. Zarif. Ils ont "examiné les étapes pratiques pour améliorer davantage la coopération bilatérale" et "discuté du meurtre terroriste de notre héros, le général Soleimani", a-t-il ajouté sur Twitter. Les deux hommes ont également discuté des "attaques contre les représentations diplomatiques iraniennes". Le ministre iranien a indiqué avoir souligné auprès de son homologue "la nécessité de protéger les postes diplomatiques". Ces déclarations interviennent plus d'une semaine après des attaques séparées visant des intérêts occidentaux en Irak. Le 15 septembre, un engin explosif artisanal a ciblé un véhicule de l'ambassade britannique, selon une source diplomatique. L'attaque a eu lieu à Bagdad devant la Zone verte ultrasécurisée abritant des institutions irakiennes mais aussi des missions diplomatiques, notamment les ambassades des Etats-Unis et de Grande-Bretagne. Quelques heures avant, deux roquettes Katyoucha ont visé l'ambassade des Etats-Unis mais le système de défense aérien de l'ambassade les a interceptées. Selon plusieurs sources des services de renseignement, des attaques similaires ont été imputées à un petit groupe de factions paramilitaires irakiennes pro-Iran. Les intérêts iraniens en Irak ont également été attaqués. En novembre 2019, des manifestants antigouvernementaux ont incendié le consulat d'Iran à Najaf et attaqué le consulat iranien à Kerbala, dans le centre du pays. Ces incidents avaient eu lieu lors de manifestations massives à travers l'Irak dénonçant la corruption, le chômage, la déliquescence des services publics et l'influence de l'Iran. Soleimani, qui dirigeait la Force Qods des Gardiens de la Révolution, et son lieutenant en Irak, Abou Mehdi al-Mouhandis, ont été tués en janvier par un tir de drone américain à Bagdad. L'Iran a riposté par des tirs de missiles sur deux bases en Irak abritant des Américains, blessant 11 d'entre eux. MM. Zarif et Hussein se sont entretenus trois jours après que les Etats-Unis ont accordé à l'Irak une extension de 60 jours d'une dérogation sur des sanctions contre l'Iran, lui permettant d'importer du gaz iranien. Washington a sanctionné l'industrie énergétique iranienne depuis 2018, mais a permis à son allié, Bagdad, de jouir d'une série de dérogations temporaires pour éviter des pannes de grande ampleur. (Belga)